Image1

Pourquoi et comment concilier télétravail et ergonomie ?

Image1

Depuis maintenant presqu’un an, le télétravail s’est imposé dans notre quotidien. Malgré un fort engouement à ses débuts, des études ont par la suite démontré les effets néfastes du télétravail sur les employés.
Selon une étude réalisée auprès de 1 000 employés français* par l’entreprise Fellowes, fabriquant de solutions ergonomiques pour le travail, le travail hybride aurait un impact négatif sur la santé mentale des télétravailleurs.

Image2

Celui-ci serait en effet source de stress et de sentiments de solitude et d’isolement. Outre son influence sur la santé mentale des travailleurs, le télétravail impacterait également leur santé physique. En effet, plus d’un tiers des sondés souffrent de fatigue oculaire, de douleurs au dos et de maux de tête liés au travail à domicile. La principale cause de ce fléau est la non-possession d’équipements adaptés pour 50% des télétravailleurs. Plus d’un quart admettent travailler depuis leur chaise de table à manger, 12% depuis leur canapé et 4% depuis leur lit.

Image3

Pour mieux comprendre l’intérêt de l’ergonomie et connaître quels sont les produits ergonomiques incontournables pour télétravailler, il est intéressant d’adopter une approche par les 4 zones.

 

Image4

Le dos, les poignets et le cou sont les principales zones de souffrances liées au travail. Pour chaque zone, des solutions existent pour pallier ces problèmes.

La zone 1 concerne le dos. Un mauvais équipement de travail peut causer des tensions dans le dos. Pour y remédier, des fauteuils ergonomiques et des supports dorsaux ont été conçus afin de maintenir le dos et soutenir la courbure naturelle de la colonne vertébrale. Associés à un repose-pieds, dont le but est de supprimer la pression exercée sur les jambes et le bas du dos en orientant correctement les pieds, ils permettront d’adopter une meilleure posture et de réduire considérablement les tensions dorsales.

La zone 2 cible les poignets. Nombreux sont ceux qui souffrent du syndrome du canal carpien ou d’une tendinite. Les repose-poignets et les souris verticales sont alors parfaits pour aider à aligner vos poignets et à redistribuer les points de pression pour soulager les douleurs.

La zone 3 se soucie des douleurs liées à la nuque, aux épaules et aux yeux. Coincer son téléphone entre son oreille et l’épaule ou encore se contorsionner et plisser des yeux pour mieux voir son écran sont des gestes qui, répétés quotidiennement, occasionnent des problèmes de cervicales et de la fatigue, qui provoquent eux-mêmes des tensions dans les yeux. Les bras porte-écrans, les supports ordinateurs portables ou encore les claviers et souris déportés seront alors vos meilleurs alliés. Les bras porte-écrans et supports ordinateurs vous permettront de positionner votre écran à la bonne hauteur et de gagner de l’espace de travail sur votre bureau, tandis que les claviers et souris déportés vous permettront de limiter ces mouvements répétitifs en les ayant bien alignés avec l’écran.

Image5

Enfin, la zone 4 s’intéresse aux mouvements afin de dynamiser l’espace de travail. Les comportements sédentaires durant plusieurs heures d’affilée peuvent, à terme, avoir des conséquences sur la circulation sanguine et le tour de taille. Les bureaux ou plateformes assis-debout sont une excellente solution pour y remédier, car ils permettent de changer régulièrement de position de travail. Les effets n’en seront que bénéfiques : stimulation de la circulation sanguine, dépense accentuée des calories ou encore diminution des risques de souffrir d’une maladie cardiaque.

Pour mieux comprendre l’impact du télétravail sur la santé des travailleurs, Fellowes a créé Emma. Yeux rouges, dos voutés, varices ou encore chevilles et poignets gonflés, elle représente ce à quoi nous pourrions ressembler si nous n’améliorons pas notre façon de travailler. C’est pourquoi il est important de changer ses habitudes de travail afin de conserver une bonne santé mentale et physique, au bureau et/ou à domicile.

* Etude Fellowes réalisée par Atomik Research auprès de 1,000 employés français qui ont travaillé au minimum 4 mois de chez eux (totalement ou partiellement) pendant la crise sanitaire. Etude réalisée en ligne entre le 10 et le 14 Novembre 2020. 

Lire la suite